Commentaire de Pierre Guitton (ed. Gallimard) - Mon Blog !!! - Planchon Claude-Alain

Aller au contenu

Menu principal :

Commentaire de Pierre Guitton (ed. Gallimard)

Publié par dans ROMANS ·
J'ai terminé « Panique à Deer Creek » il y a une semaine, sur la plage des Sables d'Olonne. Ce jour-là, la vie se riait des protocoles : il y faisait une chaleur de juin et malgré le soleil, rien ne m’a distrait de ma lecture. J'arrivais au moment où, tout semblant plié, on se demande comment l'intrigue peut rebondir. Puisqu'il il reste encore quelques pages, vont-elles être inutilement bavardes?. Alors surgit Helen Granger. C'est un plaquage, comme on dit au rugby. Tu réussis une intrigue dont le seul ressort est la maladie mentale, c'est-à-dire le plus audacieux qui soit. Helen nous explique pourquoi : on ne soupçonne pas la pathologie à ses prémices, on rationalise les symptômes les plus dérangeants, symptômes d'autant plus inaudibles que l'individu est « civilisé », la culture, l'intelligence faisant rempart. La maladie avance en sourdine. Le livre est millimétré. Tu nous trimbales sans sommations. Nous sommes ton jouet, consentant et surpris. Le style s'adapte impeccablement aux événements, aux personnages. Peut-on avoir écrit un tel livre si on n'est pas soi-même givré ? Si non, cela dénote une acuité psychologique hors-normes ! Dans les deux cas de figure, ça fout les boules.
Pierre Guitton (Gallimard)



Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu